Challenge

Challenge saisonnier ♦ Printemps

Un challenge « Autour d’une saison » est un challenge courant sur Livraddict organisé par Waterlyly. Il est coupé en trois groupes qui contiennent cinq thèmes chacun. Il débutera le vingt-et-un mars et finira le vingt juin.

Voici les groupes avec ma sélection :

GROUPE 1 : FACILE (1pt/livre)
1 – Un auteur que vous n’avez jamais lu : Mon traître de Sorj Chalandon
2 – Un roman que je choisirai dans votre PAL : Petit Pays de Gaël Faye
3 – Un roman qui traîne dans votre PAL depuis longtemps : Le pianiste de Wladyslaw Szpilman
4 – Un livre dont la couverture est votre couleur préférée : Le dernier magicien de Lisa Maxwell
5 – Une couverture verte : Les contes interdits : Peter Pan de Simon Rousseau

Total : – / 5


GROUPE 2 : MEDIUM (3 pts/livre)
1 – Un mot faisant clairement référence à la saison printemps… : Pâquerette, une histoire de pirates de Gaston Boyer
2 – Un roman fantastique ou fantasy : Feu et sang de George R. R Martin
3 – Un genre littéraire que vous lisez rarement : Horrora Borealis de Nicolas Feuz
4 – Un roman de plus de 400 pages : Chroniques Lunaires, T2 : Scarlet de Marissa Meyer
5 – Le titre en vert : La passe-miroir, T3 : La mémoire de Babel de Christelle Dabos

Total : – / 15


GROUPE 3 : DIFFICILE (5pts/livre)
1 – Une fleur (ou plusieurs) sur la couverture : La lectrice de Traci Chee
2 – Un roman avec moins de dix chroniques sur Livraddict : Mes saisons en enfer de Martha Gellhorn (0 vote/0 chronique)
3 – Un sentiment dans le titre : Je ne sais pas dire je t’aime de Nicolas Robin
4 – Une couverture faisant clairement référence à l’amour : Nos infinis chaos de Alfreda Ewyn
5 – Un roman qui a moins de dix votes sur Livraddict : Le pays que j’aime de Caterina Bonvicini (5 votes)

Total : – / 25

Publicités
CLQLV

C’est lundi, que lisez-vous ?#6

Miellow ! Aujourd’hui, c’est « C’est lundi, que lisez-vous ? ». Ce rendez-vous a été initié par Mallou repris par I Belive in Pixies Dust. qui répertorie les liens chaque lundi.


Dernière lecture


Lecture actuelle

Années 50
Amy, une jeune femme désespérée,
tente de se noyer suite à la mort de sa mère.
Le lendemain, son père n’a pas le choix :
il l ’envoie à Ambergate, austère hôpital psychiatrique.
Pour Amy, qui est loin d ’être folle, ce sera le théâtre
de terribles drames, et d ’amours interdites.
50 ans plus tard…
Sarah se met à fouiller les vestiges d ’Ambergate
dans le but d ’écrire un livre.
L ’asile abandonné va alors livrer ses plus sombres secrets.
Et si tout commençait par une simple clé ?

Bonne lecture à vous !

Chroniques

Chronique#29 ♦ « Lectio Letalis » de Laurent Philipparie

Je remercie Netgalley et les éditions Belfond pour m’avoir permis de lire ce roman.

Paris. Un assistant d’édition tout juste embauché se tranche les veines à la lecture du premier manuscrit qui lui est confié. C’est la troisième fois, en quelques semaines, que le même scénario-suicide se produit dans cette maison d’édition.
Bordeaux. Le lieutenant Gabriel Barrias, ancien indic devenu flic, enquête sur l’assassinat atypique d’un psychiatre massacré par un rapace, dans son cabinet, en pleine consultation.
Deux affaires éloignées en tout point, et pourtant. Un nom apparaît des deux côtés. Celui d’Anna Jeanson, qui fut, dix ans plus tôt, l’unique survivante d’un suicide collectif survenu dans une secte dressant des animaux à tuer.

Dès le premier chapitre, on rentre dans un événement percutant et fort se déroulant à Paris. Cela attire, tente. Ce chapitre te donne un avant goût du mystère et ouvre la lecture sur des questions qui poussent à connaître la suite. Que s’est-il passé ? Pourquoi ? Comment ? Qu’est-ce que tout cela veut dire ?

Puis l’auteur nous frustre en nous envoyant à des kilomètres de la première scène sans réponse. On a alors l’impression de reprendre une autre histoire « sans saveur ». Après un suicide incompréhensible, on suit une intervention sur un groupe de dealers dans la banlieue de Bordeaux. L’histoire continue son cours doucement suivant le lieutenant Gabriel Barrias sans aucun rapport avec la première scène. Peu à peu, on apprend à connaître ce lieutenant qui est rongé par plusieurs événements de son passé autour d’une secte, avec un tempérament qui ne correspond pas à l’institution policière. Pourtant, il est là et on plonge avec lui dans ses tourments et sa « haine » des sectes. On vit avec lui ses réflexions et ses questions… surtout cette question qui le hante et hante chacun de ses gestes, actions et pensées. Sa vie entoure celle-ci, la côtoie, la charme pour qu’elle le mette encore plus misérable à chaque fois qu’il y cède. Gabriel est un personnage complexe comme je les aime, avec une psychologie particulière.

Pour moi, ce fût le piège. Plus, je me plongeais dans l’histoire pour connaître ce lieutenant, plus, « j’oubliais » (disons plutôt que mon esprit le floutait) la première scène du livre pour me concentrer sur ce lieutenant particulier. Mais au fil des pages, les questions revenaient doucement avec l’avancement des chapitres et la découverte du lien entre Anna Jeanson, la fille d’une victime d’une incendie créé par les dealers, la suspecte du meurtrière de son propre psychiatre et cette affaire mystérieuse du tout début.

Le « pire » est quand on entrevoit enfin un espoir pour Gabriel de s’en sortir, quand il renonce enfin à repenser aux sectes et à Albert Modéas, son « ennemi naturel ». L’enquête de Paris vient le frapper de plein fouet comme pour tester sa conviction. En effet, l’enquête revient croiser le chemin d’une secte. Gabriel se tient à ses convictions comme il peut jusqu’à ce qu’il se retrouve seul avec Anna Jeanson, la suspecte de toute cette affaire. Peu à peu, il cède et comprend. Et voilà comment son ancien ennemi revient dans sa vie.

Le récit s’accélère passé le cap de la rencontre Gabriel/Anna et les liens se font. Les réponses sont données au compte-goutte mais avec un tel tact qu’on ne se plaint pas de ne pas toutes les avoir d’un coup. L’auteur a su d’une main de maître à me tenir dans son histoire jusqu’à la fin alors qu’au début, j’étais mitigé du changement entre le premier chapitre et le deuxième. Chaque personnage est travaillé même les secondaires et chacun d’eux apporte un élément à l’histoire ou à l’enquête. L’analepse a été introduit de façon admirable en chapitre qui se révèle être en fait un rêve. Et à la fin de l’histoire, on a toutes les réponses à nos questions même celles qu’on ne s’était pas forcément posées. J’ai adoré cette lecture ce qui est inouï pour une personne dont le genre « Thriller » n’est pas son dada. Bravo à l’auteur !

Lectio Letalis de Laurent Philipparie ♦ Belfond ♦ 2019 ♦ 368 pages ♦ 19,90€ ♦ Genre : Thriller

Excellente lecture

Cette chronique participe aux challenges « Petit Bac 2019 » et « Je suis éclectique »

Découvertes, Restaurant

Restaurant#1 ♦ Atsu Atsu

Atsu Atsu est un restaurant japonais présent sur Paris. Je les ai par contre découvert en 2013 lors du TGS – Toulouse Game Show – Ayant fait du japonais durant toute ma scolarité – du collège jusqu’à la Licence -, j’ai déjà fait un voyage scolaire au Japon dans une famille native. J’ai goûté à tous les mets possibles sur place – j’en ai bien profité puisque c’était pendant le Tanabata donc j’ai fais les mets de festival et j’ai aussi participé à des festivals scolaires dans des lycées. Plusieurs plats m’ont marqué et m’ont conquis. J’ai retrouvé le goût des Okonomiyaki et des Takoyaki sur le stand de Atsu Atsu lors de la TGS. Alors quand je suis remonté sur Paris, il était donc nécessaire que je passe à leur restaurant.

Plusieurs années plus tard, leurs goûts n’ont pas changé et je vais toujours dans ce restaurant au goût du Japon.

Je suis heureux de pouvoir manger autre chose que les « traditionnels » sushi. Alors que la restauration asiatique ne se confine pas à eux et elle cache une infinité de plats qui sont des pépites !


En décembre 2019, je suis allé retrouver ma famille sur Paris (Ma mère et ma soeur J qui venaient de Nouvelle Calédonie – Ma soeur M qui habite sur Paris). J’ai donc profité du samedi (22) avant que Noël n’arrive pour aller faire mon gourmand avec ma soeur M. On en est ressorti complètement rassasié – en ayant partagé nos plats en plus !

Au menu du jour (notre commande) :
Takoyaki sauce Yuzu (agrume Japonais – sorte de citron)
Takoyaki sauce Teritama (mélange de sauces Takoyaki et Teriyaki, oeufs, mayonnaise et algue Aonori)
Okonomiyaki Hiroshima (avec des pâtes et dont les ingrédients sont cuits de façon superposée)
Okonomiyaki Kansai (dont les ingrédients sont mélangés avant d’être cuits)

Atsu Atsu, 88 Rue de Richelieu, 75002 Paris

Dans mes placards, Les Oubliés, Thé, Thé Vert

Dans mes placards#2 ♦ L’oublié 1

Je souhaite par ce rendez-vous vous partager ce que je cache dans mes placards et ce qui accompagne souvent mes lectures. Les oubliés sont les produits que j’ai depuis tellement longtemps dans les boites que j’en ai oublié le nom.


Un thé vert doux avec des notes d’agrumes. Dans les feuilles de thé, on peut y voir des perles de sucre. Si cela vous rappelle quelque chose, n’hésitez pas à me le dire.

Dans mes placards, Thé, Thé Vert

Dans mes placards#1 ♦ Thé des sables

Je souhaite par ce rendez-vous vous partager ce que je cache dans mes placards et ce qui accompagne souvent mes lectures.



Inspiré d’un voyage au Maroc, le Thé des Sables est un mélange à base de thé vert créé par Palais des Thés. La rose de Damas, célèbre rose cultivée sur les versants de l’Atlas, est associée aux fruits du soleil – mangue, pêche jaune et agrumes- pour restituer la saveur unique d’une confiture de pétales.
Le Thé des Sables est un thé à la fois frais et sensuel, que vous apprécierez aussi bien chaud que glacé. 

♦ Temps d’infusion : 3 à 4 minutes ♦
♦ Température d’infusion : 75° ♦
♦ Pour toute la journée ♦

Thé des sables
Rien que la couverture

Rien que pour la couverture#2

J’ai découvert ce concept sur le blog de Les univers parallèles de Millina. Je choisis beaucoup de mes livres en fonction de sa couverture. En tout cas, c’est l’une des premières choses que j’observe : couverture/titre puis synopsis. Voilà comment mon choix fonctionne. Ce qui fait que je peux rater quelques bonnes lectures comme ça (x.x)

Donc pour faire honneur à ma manière de fonctionner, ce concept est parfait. Je vais donc vous présenter cinq (5) couvertures qui me plaisent.

Il faut savoir que ce ne sont pas forcément des livres que j’ai lu ou que je vais lire. Il s’agit surtout du fait qu’ils ont attiré mon regard.

Je vous dirais en dessous si je les ai lu (avec chroniques s’il y en a une) ou non et si je compte le lire.

Nous quatre : Lily, Marta, Carla et moi. Dans une autre vie, nous aurions pu être amies. Mais nous sommes à Birchwood. Ella, quatorze ans, est couturière. Pour son premier jour de travail, elle plonge dans ce monde de rubans, d’étoffes et de soie qu’elle aime tant. Mais son atelier n’est pas ordinaire, et ses clients le sont encore moins. Ella est prisonnière du camp de Birchwood, où elle confectionne les vêtements des officiers. 
Dans ce terrible quotidien où tout n’est qu’affaire de survie, la couture lui redonnera-t-elle espoir ?


Lu : 5/5


Candice White est une petite fille espiègle et adorée de tous à la Maison Pony, l’orphelinat qui l’a recueillie. Elle y coule des jours heureux jusqu’à l’adoption d’Annie, son amie de toujours. Désormais seule, Candice voit peu à peu défiler les années et désespère de trouver une famille. Alors lorsque les Lagan se proposent de l’embaucher, même comme simple demoiselle de compagnie, Candice n’hésite pas un seul instant ! Et quoiqu’elle doive composer avec Neal et Eliza, deux garnements bien décidés à faire d’elle leur souffre-douleur, elle n’échangerait sa place pour rien au monde. Après tout, c’est ainsi qu’elle a rencontré Stair, Archie et, bien sûr, leur cousin Anthony ! Mais une chasse au renard pourrait bien tout faire basculer…

Non Lu : promesse d’un retour en enfance


Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l’Arche d’Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d’un complot mortel.

Chronique ici : 3/5


Gigi, Bette et June sont danseuses dans la prestigieuse école du Ballet de New York.
Lorsque Gigi, nouvelle et seule élève noire, est choisie pour incarner le rôle phare du premier ballet de l’année, les rivalités se déchaînent. Bette, ballerine star de l’école, est prête à tout pour récupérer son titre et éviter la rage de sa mère, qui ne tolère pas qu’elle ne soit pas la meilleure. June rêve quant à elle de ne plus être cantonnée au rôle de l’éternelle doublure.
Les trois filles ont bien du mal à résister à la pression du monde impitoyable de la danse. Et les choses vont empirer… jusqu’au drame.


Sortie le 24 avril 2019


Quand le terrible secret d’une femme peut en sauver une autre des décennies plus tard.
En 1975, par une journée de canicule, une virée à la mer entre amis se termine par un accident tragique.
Ce même été, Mary, une jeune veuve en mal d’enfant, découvre un bébé abandonné devant sa porte et fait le choix de mentir en le faisant passer pour le sien.
Quarante ans plus tard, en 2016, une femme, Beth, qui vient de perdre sa mère, vit dans l’amertume le fait que celle-ci ne lui ait jamais révélé l’identité de son père et ait emporté son secret dans la tombe. Tout ignorer de ses antécédents familiaux se révèle d’autant plus dramatique qu’elle cherche désespérément un donneur compatible pour son petit garçon qui a besoin d’une greffe de rein.
En trouvant un vieil article de journal dans les papiers de sa mère, elle parvient à remonter le fil du passé et à découvrir le secret qui pèse sur sa vie depuis son enfance.
À la manière d’un puzzle, cette révélation finit par rassembler des personnages qui mènent leur existence dans trois endroits différents – à Manchester, dans une station balnéaire de la côte anglaise et en Australie – sans n’avoir jamais rien su du lien qui les unit.

Non Lu mais intéressé