[MASSE CRITIQUE] SOUFFRE DOULEUR

Bruce Mutard –

1980, Bruce a une douzaine d’année et fait sa rentrée dans un collège de Melbourne. Chétif, timide, pas sportif pour un sou, il devient rapidement un véritable souffre-douleur. Il se réfugie alors dans un monde parallèle où il se fantasme lui-même harceleur de ceux qui le maltraitent…Des années plus tard, une fois adulte et sa carrière de dessinateur bien entamée, Bruce va se rendre compte que les brimades subies dans son enfance ont eu un impact délétère à long terme; il devra livrer une autre bataille, cette fois contre un sévère problème de trouble alimentaire.



J’ai lu ce roman graphique sur trois jours en trois fois. Il est puissant et empoigne votre esprit pour vous embarquer dans l’histoire. le choix des couleurs en noir et blanc inversé (Les pages sont noires) renforce le sentiment de malaise qu’instaure le récit

Cela commence par un faux pas et des enfants moqueurs puis cela reste jusqu’à la fin quand on s’éloigne enfin de ce cercle vicieux. Ce qui est encore plus surprenant, c’est la façon de pensée de l’auteur. On entre enfin dans les pensées de quelqu’un d’harceler et ce qu’il souhaite. Cela peut prendre différente forme et celui de l’auteur est la force – comme le proverbe le dit si bien « oeil pour oeil, dent pour dent »

Mais les moqueries restent dans l’esprit, créées une faille psychologique. Notre enfance nous façonne et ici, sans transition, on passe du harcèlement scolaire aux troubles alimentaires que le premier a engendré. Un mal être profond

Mais un jour, il se prend en main, décide de changer, d’affronter sa peur. Suite à un long parcours, il réussit enfin à s’en sortir.

Ce récit bien que dur montre à quel point un malentendu peut avoir un effet de boule de neige désastreux et détruit peu à peu quelqu’un. Il lui faut des années et beaucoup de courage pour s’en sortir. Je l’ai lu en trois fois parce qu’il fallait que je sorte de l’univers après chaque passage [Harcèlement, Troubles alimentaires et guérison]

Le style de dessin n’est pas celui qui me plaît le plus et ajoute une sorte d’effet dans la narration – quelque chose de dérangeant.

MERCI A BABELIO ET AUX EDITIONS ÇA ET LA
POUR CETTE MASSE CRITIQUE DE DÉCEMBRE 2019


TITRE : Souffre Douleur
EDITION : Editions Ça et là
PAGES : 192

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s